Fausse société de recouvrement : 5 conseils pour éviter les pièges

Fausse société de recouvrement : 5 conseils pour éviter les pièges

L’usurpation d’identité ou de fonction fait partie des stratagèmes utilisés par les personnes malveillantes pour tenter de soutirer de l’argent à de potentielles victimes. En 2017, le SPF Économie a enregistré 5410 signalements concernant les escroqueries, essentiellement par téléphone. Se faire passer pour une société de recouvrement pour réclamer de l’argent est une des méthodes utilisées. Pourtant, quelques réflexes permettent de rapidement contrer ces malversations. L’ABR-BVI (Association belge des sociétés de recouvrement) donne 5 conseils pour éviter les mésaventures.

C’est un procédé régulièrement utilisé par des personnes sans scrupule : invoquer un titre ou une fonction, comme policier ou société de recouvrement, pour impressionner sa victime et tenter de lui soutirer de l’argent. Frais de vacances, frais administratifs, factures impayées etc. Les prétextes ne manquent pas. Pour Étienne van der Vaeren, président de l’ABR-BVI (Association belge des sociétés de recouvrement, chargée de contacter les débiteurs dans le cadre de recouvrement de dettes), « il est facile de contrecarrer ces agissements et de rapidement identifier une personne malhonnête. »

5 attitudes pour identifier un escroc qui vous appelle :

1. Faire preuve de bon sens et ne pas se laisser impressionner : une réclamation de dette doit référer à un dossier, un numéro de facture pour le compte d’une entreprise (le créancier). En cas de doute : vérifiez l’achat du bien ou du service, demandez l’identité de votre interlocuteur, le nom de sa société, un numéro de téléphone auquel vous pouvez le rappeler. « S’il écourte la conversation, vous êtes gagnant(e) et avez échappé à une escroquerie» souligne Étienne van der Vaeren.

 2. Les sociétés de recouvrement à l’amiable doivent toujours respecter des procédures strictes. Ainsi, un appel téléphonique doit toujours être précédé d’un courrier. La société de recouvrement doit obligatoirement y faire référence lors de l’appel téléphonique. Donc demandez si un courrier a été envoyé, et à quelle date ? Il est aussi possible que ce courrier se soit perdu mais votre attitude permettra d’éloigner l’auteur de la tentative d’escroquerie.

3. Prenez le temps de vérifier à qui vous avez affaire. Si vous avez reçu un courrier de cette société de recouvrement, les coordonnées de l’expéditeur doivent s’y trouver. Les sociétés de recouvrement ont l’obligation légale d’être inscrites auprès du SPF Économie. Une simple recherche vous permettra de trouver la liste des entreprises reconnues. Si la société n’est pas inscrite, soyez encore plus vigilant(e). « Voyez aussi si les coordonnées de contact de l’entreprise de recouvrement correspondent à ce que vous trouvez sur internet ! » recommande Étienne van der Vaeren : « Il arrive que des faussaires se fassent passer pour de réelles entreprises de recouvrement… mais modifient le n° de téléphone et le n° de compte sur lequel payer la dette ! »

 4. L’attitude de la personne qui vous appelle est capitale. Si des personnes vous intiment l’ordre de payer, vous menacent, vous posent des questions privées ou vous demandent un numéro de carte de crédit ou de compte en banque, vous pouvez être sûr qu’il s’agit d’un escroc.

 5. Les frais d’intervention sont illégaux. Si l’on vous parle de frais supplémentaires liés à cet appel téléphonique, il ne s’agit pas d’une société de recouvrement. Un recouvrement de dettes à l’amiable ne peut entraîner aucun frais, hormis ceux prévus par les conditions générales du créancier. « C’est là un élément capital dans notre métier. Notre démarche permet justement aux débiteurs de ne pas encourir de frais supplémentaires dans le paiement de leurs factures. Nous ne réclamons jamais au débiteur de frais pour notre intervention. »

 « Il ne faut pas oublier que les escrocs abusent de la crédulité de leurs victimes. Ces agissements sont d’autant plus regrettables que les membres de notre association ont signé un code de conduite qui met l’accent sur l’information et le dialogue pour aider les débiteurs à trouver des solutions » conclut Étienne van der Vaeren.

 Il est enfin utile de dénoncer ces auteurs en contactant le SPF Economie : https://economie.fgov.be/fr/themes/services-financiers/endettement/recouvrement-de-dettes

À PROPOS DE L’ABR-BVI :
L’ABR -BVI (Association Belge des sociétés de Recouvrement) est une ASBL regroupant les principales sociétés de recouvrement du pays. Elle assiste les entreprises, les PME et les institutions dans le cadre de la récupération de sommes impayées par leur clientèle. En contact direct avec les débiteurs, donc les citoyens, l’ABR s’appuie sur une démarche qui favorise le dialogue, l’écoute et la communication. Les membres de l’ABR, dans leurs activités, respectent un code de déontologie (respect de la vie privée, transparence lors des contacts etc.) qui s’applique à toute société de recouvrement.

CONTACT PRESSE
Frédéric Pellissier, agence RCA
Email : frederic.pellissier@rca.be
GSM : 0486 94 52 51